Si vous n’avez rien à lire… lisez « Le Déchronologue » de Stéphane Beauverger

Vous n’avez rien à lire ?

Ça tombe bien, j’ai peut-être ce qu’il vous faut…

Est-ce que vous connaissez Le Déchronologue de Stéphane Beauverger ?

Moi, j’avoue, ce qui m’a fait craquer, c’est la couverture. Un vaisseau tout droit sorti de Pirates des Caraïbes, un porte-avion et un sous-marin sur la même image ? Ça, c’est ce qui s’appelle de l’aventure ! Pour moi qui suis un grand fan de la vie à bord des bateaux, de la piraterie et des batailles navales, j’avoue avoir eu comme un frisson…

Bon, finalement, il n’y avait pas de sous-marin.

Mais, il n’empêche que ça reste une super aventure ! On suit le capitaine Villon, un pirate français qui sévit aux Caraïbes au début du XVIIème dans sa course pour récupérer d’incroyables trésors : les maravillas. Et que sont ces maravillas ? Des objets étranges, des artefacts que nous reconnaissons bien vite, nous autres lecteurs du XXIème siècle, comme des bijoux technologiques tout droit sortis de notre époque ! Car oui, dans l’univers du Déchronologue, les époques commencent dangereusement à se mélanger !

Et ce n’est pas tout ! Car les chapitres eux aussi sont mélangés ! On commence bien par le premier et on finit bien par le dernier, mais tous les autres sont dans le désordre et vous devrez vous-même reconstituer le puzzle des aventures du capitaine Villon. Vous pourrez aussi vous amuser à retrouver le nom des maravillas qui parcourent le roman. Et en dehors de ces petites fantaisies, vous trouverez des personnages riches, avec de très belles relations, un style agréable et une aventure si bien documentée qu’on se croit vraiment en pleine mer des Caraïbes…

Hélas, le roman présente quelques défauts. Personnellement, j’ai trouvé que la fin n’était pas tout à fait à la mesure du reste de l’histoire, peut-être un peu trop classique à mon goût, sans qu’elle soit gênante pour autant. Quant aux chapitres dans le désordre, si l’idée est bonne au départ, elle s’essouffle dans le dernier quart du roman : certains des épisodes relatés ne sont plus que des redites qui plombent un peu le rythme alors qu’on a compris ce qu’il s’y passait depuis bien longtemps.

Quand bien même, si vous aussi vous adorez les aventures maritimes, vous ne serez pas déçus et vous ne pourrez que passer un bon moment en lisant Le Déchronologue de Stéphane Beauverger. D’autant que le concept du livre a quelque chose de génial dont on peut difficilement décrocher. Qui n’a jamais rêvé de voir une bataille entre un galion espagnol et un porte avion ?

Alors, si vous n’avez vraiment rien à lire, n’hésitez pas : lisez Le Déchronologue de Stéphane Beauverger, publié par Folio SF ! Un roman à dévorer !

 

Si vous aussi vous avez aimé Le Déchronologue de Stéphane Beauverger laissez un commentaire pour féliciter l’auteur.

Si vous n’avez rien à lire… lisez « Le Roi des Fauves » d’Aurélie Wellenstein

Vous n’avez rien à lire ?

Ça tombe bien, j’ai peut-être ce qu’il vous faut.

Est-ce que vous connaissez Le Roi des fauves d’Aurélie Wellenstein ?

Moi, je l’ai acheté pour son quatrième de couverture. Trois jeunes gens injustement accusés par leur seigneur sont condamnés à un sort pire que la mort : être transformés petit à petit en monstres, en Berserkirs, des créatures moitié humaines, moitié animales. Lâchés dans un royaume oublié, ils se lancent alors une quête désespérée pour sauver leur humanité…

Avec un sujet pareil, c’était sûr que ça allait m’intéresser. Et vous savez quoi ? Ça n’a pas raté. Les personnages sont très attachants, avec leurs forces, leurs faiblesses et leur manière propre de réagir au mal qui les frappe. Leur cheminement à travers ce royaume désolé est parfaitement maîtrisé et la lente progression vers la folie est aussi subtile et insidieuse que je l’attendais. Le tout est d’ailleurs porté par un style intimiste qui nous plonge en permanence dans l’esprit de plus en plus torturé du héros, Ivar, et dans sa lutte désespérée pour garder les idées aussi claires que possible.

Croyez-moi, c’est un petit bijou de Fantasy, vous ne serez pas déçus ! Mon unique regret concerne la fin. Elle aurait été d’autant plus forte si le choix d’Ivar avait vraiment été le sien. Quand bien même, ça n’est pas suffisant pour gâcher le plaisir que l’on a à lire Le Roi des fauves. Personnellement, je l’ai dévoré sans pouvoir m’arrêter !

Alors si vous n’avez vraiment rien à lire, n’hésitez pas : lisez Le Roi des fauves d’Aurélie Wellenstein, publié par Scrinéo ! C’est un roman à dévorer !

 

Mention spéciale pour l’illustration de cette édition, qui est à la fois magnifique et très représentative du roman !

 

Si vous aussi vous avez aimé Le Roi des fauves d’Aurélie Wellenstein laissez un commentaire pour féliciter l’auteur.